Révision de Lieux #10 du mar, 11/12/2013 - 19:34

Il est tard maintenant. Dehors, c'est son propre visage qu'on voit se refléter dans la vitre parce qu'on a finit par arriver, prendre le dernier virage qui juste au niveau du cimetière fait une bascule surprenant chaque hiver quelque pressé qui finira sa course au fossé, rarement avec plus dégats que quelques tôles froissées raclées sur les bords de la boue, la courbe traîtresse se faisant aider de plus par le verglas quand elle le peut pour déclencher quelque accident, rien de méchant le plus souvent, donc, juste une sorte de tradition qui permet de sortir le tracteur pour aller remorquer l'imprudent, lui faire la leçon, le regarder repartir mais doucement cette fois, chat échaudé etc., arriver devant la maison, sortir de l'auto, tirer du coffre les sacs qui sont ce qu'on emporte de soi lorsque l'on craint, un peu, de se perdre soi-même, sonner, dire ce "c'est moi" qui n'a nul sens au fond, monter les escaliers, embrasser tout le monde même si c'est de moins en moins de monde, se débarasser des vestes, pulls et autres couches maintenant superflues, se coller au radiateur, regarder la rue où ne passent plus que des chats, des ombres qu'on ne parvient pas à identifier, la nuit qui marche et va on ne sait où.

Licence Creative Commons