Cette solitude unique, rêver le monde et puis l'écrire et rêver de le vivre, ne pas vivre dans le monde, être toujours juste à côté à regarder passer ceux qui dedans sont ce qui fait le monde, et nous dans ces pièces vides, écrire encore ; je compte les inespérés passant la porte rongée au bout du mur ; ainsi à la même place je suis de jour en jour assis dans mon carré bleu de ciel blanc, inutile et vacant.