Révision de Lieux #8 du lun, 11/11/2013 - 08:43

Du bois avant qui meurt donc dans l'étang, s'y mire pour tout dire tel un malade amant, on peut dire encore qu'on y trouve une poignée de maisons en ruines dont les murs effondrés, les briques mangées, sont un mystère hantant qu'on entrevoit de la route. Il arrive que des promenades y mènent. On approche, la conversation faite jusque là de rires et d'éclats de voix se calme, diminue son volume. Peu à peu, sans y prendre garde (on ne le remarquera qu'en repartant, quand on reviendra à la normale), on se met à chuchoter et dans l'oppressante immobilité des arbres bientôt il n'y a plus que les craquements des branches mortes sous les pas.

Licence Creative Commons