Une sorte de journal — 14 septembre 2015

Onglets principaux

Il me faudrait mille vies pour tenir la mienne ; j’ai cru qu’il s’agissait d’une meute encore mais c’était sur les feuilles un aboiement de pluie, une mitraille amoncelée au couvert de l’été ; dans cette foule toi dedans imaginé de toutes parts — la ligne laissée par le soleil jadis que je suis presque seul à voir ; ce n’est pas le silence mais presque.