Une sorte de journal — 13 avril 2015

Onglets principaux

Je regarde le décompte et quelque chose ne colle pas puisque ce n'est pas moi ; cela fait remonter soudain, je pense à des filets que lèvent des hommes à la peau comme en bois, "Absent partout où l’on fête un absent " de la Lettera Amorosa de Char — c'est un des textes qui m'a cisaillé et à la suite duquel j'ai osé écrire quand même, mais des années après, des mots qui soient, osent se prétendre, de l'ordre de la poésie (on mesure l'inconscience) ; Lettera Amorosa dont la première phrase est mon mantra, et quelques mots fragiles de Bobin, "Une longue épée de silence s'enfonçait parfois dans mon coeur" trouvés par hasard sur un étal, dans son Éloignement du monde qui tenait bien en main : une poignée de mots fichée en plein dedans mon âme, ça avait déclenché tout le reste, je m'en souviens parfaitement ; je vois que la mémoire pourtant tombe en quenouille mais ce n'est pas la mienne, pas tout à fait — un jour je finirai par m'oublier totalement et je serai devenu un grand champ vide écoutant l'alouette sans se lasser jamais.