Une sorte de journal — 26 juillet 2015

Onglets principaux

C'est avancer pas après pas, c'est dire ce que ça comble, c'est juste en l'écrivant se rendre compte de ce qu'on vient d'écrire et qui est ce qu'on crayonne chaque jour sur le dessin du monde pour être le soir enfin peut-être plein — on sert à se guérir chacun de soi, ce remède n'a donc nul prix ; hier je voyais comme les dos se voûtaient ronds, je regardais ce ploiement, imaginais le mien pareil ; de la pluie depuis l'aube, et le goût d'une tomate.