Sais-tu (2)

Onglets principaux

Sais-tu que rien ne prouve que cette ville existe, me disait-il, et nous regardions ensemble les clichés exhumés de quelque livre acheté un jour, par hasard, dans une bouquinerie du centre, en essayant de nous raccrocher à un détail, n'importe lequel, qui aurait permis de ramener ces rues, ces bâtiments, ces visages, à un possible, à la réalité. Tout semblait être là pourtant de ce qui faisait nos modernes agglomérations, ces mégalopoles où l'on pouvait se perdre en quelques heures pour peu que l'on marche sans prêter attention aux directions prises à chaque coin de rue, à chaque intersection, parce que les constructions dissimulaient souvent derrière leurs faces de béton notre dernier repère, le soleil que nous avions laissé là-haut en pensant que somme toute, c'était encore sa place et que si nous avions modifié le reste, tout le reste, lui pouvait échapper à cela, ce qui ne manquait pas d'ailleurs de déclencher de longues polémiques dans les conversations d'été.

Commentaires

Tiens, des fautes d'orthographe... L'effet d'une langue étrangère peut-être?

Pourtant tout semblait là tout était là de nos modernes mégalopoles celles où l'on pouvait bien se perdre en quelques heures parfois même quelques minutes pour peu il suffisait que l'on avance sans prêter attention aux directions à celles prises à chaque coin recoin de rue intersection et ça tout simplement parce que derrière leurs faces de béton les constructions dissimulaient facilement notre dernier vraiment dernier et seul repère le soleil que nous avions laissé là-haut puisque somme toute c'était sa place et que même si nous avions modifié le reste et tout le reste lui encore échappait à ça qui ne manquait mais pas de faire causer déclencher de longues polémiques et puis si vaines mais ça faisait belles causeries pour nos étés.

Cette ville n'existe pas nous disent nos instincts nous disent nos yeux malgré ce que l'on voit malgré ces gens malgré ce ciel malgré les visages que l'on distingue et les panneaux dans des langues inconnues inventées (ce peut être) malgré les noms des rues que l'on pense avoir lu ici ou là ce devait être dans des sortes de rêves de ceux où l'on marche sans fin dans une ville de toutes pièces créée une ville qui n'existe pas.