Onglets principaux

Décrire — la vaine amorce de ce chant,
une floraison rase comme une colline.

Si le printemps venait, il aurait ton regard.

Il reste une cabane penchée,
la moire des abeilles.

Si tu reviens demain, ce sera le même jour.

Je parle une langue longeant les eaux d'un fleuve sans nom.

Du vent j'ai le visage,
Cette déconvenue,
La bataille qu'il tente à chaque nuage tombé.

Tu es dans ta présence, une laine pour la lumière.

Avec la marée accourt une maison vide.