Onglets principaux

" Deux ou trois jours comme cela, j'osais encore me pavaner et puis rapidement, je vis qu'en fait de cuir, c'était de ridicule que je m'étais drapé, le faux voyou dont je tenais si mal le rôle n'impressionnant personne à part peut-être les oiseaux, et même pas qui ne s'envolaient que rarement lorsque je les croisais pépiant sur le goudron humide de la cour à la recherche de leur repas, de quelques miettes tombées des croissants vendus pendant les récréations aux bienheureux disposant d'un argent de poche. Pour le blouson, il disparut tout au fond de l'armoire, y demeura longtemps avant de fondre dans les trappes du temps. Pour moi je ne suis jamais devenu un combattant. Mes mains servent à autre chose. "