Inventaire funérailles 2/2

Et cette manière vieille de parler cette sorte de patois qui est de terres et de frontières qui est allemande dans ses racines (et qui a été tienne langue maternelle que tu as désappris sagement sur les bancs de l'école celle des bonnes soeurs en noir et blanc) que tu retrouves (la langue) entre les âges comme si elle était restée tout ce temps cachée dessous la table - langue clandestine ;

Et ceux que tu revois depuis longtemps presque perdus mais c'est comme si rien ne changeait mais tout change pourtant - on fait comme si mais si, tout a changé ;

Et ces conversations toujours les mêmes dont tu ne sais que faire toi comme handicapé du verbe et toujours la question mais qu'est-ce que tu deviens et toi ne répondant jamais ce que tu penses je ne deviens mais rien n'ai jamais été que ça rien alors pourquoi changer maintenant ?

Et ceux qui manquent mais qu'on oublie pour ne pas les entendre ;

Et six mots qui résument : cette terre est de moi cimetière.