Le carton

Onglets principaux

Ça commencera avec un carton sous le bras sur un parking. Puis arrivera du vent, beaucoup, dont je me souviens plus que du carton qui contenait tout sous mon bras.

Le vent, il est juste comme une lame qui tranche tout droit l'avenue puis court à venir mordre les jambes des quelques-uns encore dehors et se hâtant vers ce qu'ils trouvent d'abri, chacun autour cherche le sien.

Le vent, il vient en bousculant un rien de pluie très froide arrivée il y a quelques minutes, à croire qu'il fallait ça en plus pour que le décor soit parfait. Quelques gouttes glissent dans mon cou. Sur le carton, d'autres font des taches rondes sombres un peu écarquillées.

Les lampadaires sont tristes et droits mais n'éclairent pas grand-chose, ils ne seraient pas là que ce serait pareil, on voit leurs tentatives d'exister quand même dans un brouillard léger, légèrement sale, coulant doucement depuis le haut, une marée lente ne pesant rien.

sculpture : Olivier de Sagazan