Mitoyenne (1)

La mort est notre pain quotidien
Et l'on s'en taille de belles tranches
Déposées dans
Cette huche pleine de tombes,
De pierres grises ;

Nos ailes rabotées sont blêmes à tout jamais
Ma peur ne cesse plus
Depuis que nous logeons en des maisons enamourées,
Des abris de fortune où dorment les hivers.

Décharge n°86, janvier 96, p. 12
à suivre