Gravier

On moissonnait des désespoirs en pelotes longues qu'on laisserait sécher sous l'appentis, on récoltait un tas de rêves s'en finissant gravier, on s'éveillait chaque matin dans le même monde sans lendemains.