Marchands du temple

Onglets principaux

MàJ : suite aux échanges twitter, ouverture d'un cahier blanc sur les thèses, pratiques, diffusion, etc, à l'initiative de Joachim Schöpfel, directeur ANRT : venez, participez

Bon, j'y reviens (j'en avais parlé déjà) parce qu'échauffourées en ce moment sur twitter ; parce que rien n'a changé en 3 ans ; et pour synthèse perso." data-share-imageurl="">

MàJ : suite aux échanges twitter, ouverture d'un cahier blanc sur les thèses, pratiques, diffusion, etc, à l'initiative de Joachim Schöpfel, directeur ANRT : venez, participez

Bon, j'y reviens (j'en avais parlé déjà) parce qu'échauffourées en ce moment sur twitter ; parce que rien n'a changé en 3 ans ; et pour synthèse perso.

Je continue à ne pas comprendre comment l'ANRT peut vendre des thèses (à des prix totalement hallucinants qui plus est - je ne sais pas quelle est la technologie utilisée, mais çe doit être des moines copistes, ce n'est pas possible autrement).

Il me semble qu'on est là en totale contradiction avec le travail mené dans les SCD pour essayer de convaincre les docteurs/chercheurs de déposer le produit de leurs recherches en Open Access. En fait, ces pratiques sapent à la base toute politique envers l'Open Access, au plus tôt de l'entrée d'un chercheur dans la profession, et ne relèvent pas en plus des missions d'un service public (ou alors j'ai raté un épisode et l'ANRT est devenue un service marchand).

Je ne sais pas quelles sont les conditions (contrat d'édition) proposées au docteur (j'avais à l'époque du premier billet pointé ci-dessus demandé une copie du contrat, je n'ai jamais rien reçu) mais là aussi, je suis curieux de voir comment se répartissent les coûts et bénéfices (quelqu'un sait où sont les chiffres sur cette activité de l'ANRT ?).

Voilà, ma position n'a pas changé. L'ANRT non plus.

PS : Dans le fond, j'imagine que tout cela joue sur le ressort/fantasme de la publication et du "je vais devenir riche et célèbre avec le livre tiré de la thèse qui m'a demandé tant d'efforts". C'est moche. Et faux.

 PS2 : ce petit billet d'humeur est dédié aux collègues qui passent leur temps et perdent leur énergie à se battre pour que l'Open Access devienne la norme dans l'Université.

Licence Creative Commons