Révision de Comment je n'ai pas tué François Mitterrand #8 du ven, 08/14/2015 - 11:54

Le fond sonore coule d'un transistor poussé à fond posé sur une pierre à eau récupérée bricolée montée là, au fond de la cour laminée par le soleil, juste à côté d'une pompe qui fonctionne toujours, elle cherche son eau au bas du puits dont on voit bien la ronde marque et la trappe de visite, la pompe sera remplacée quelques temps plus tard par un robinet d'eau courante, elle restera on ne sait pas réellement pourquoi et depuis le haut-parleur rond montent les voix des journalistes qui commentent la cérémonie pendant que tchac tchac la hache fend le bois pour la grand-mère et que l'on sue tellement que les yeux brûlent quand l'on oublie de s'éponger le front et que ça coule au creux de la paupière, dedans le poste ça parle de foule de liesses de service d'ordre de cris de hourras d'une rose qu'il porte comme une épée de Panthéon de très grands hommes qu'il visite et tchac tchac la masse d'acier retombe sur le bois dans le fil c'est plus facile les morceaux sautent se fendent parfaitement tombent de part et d'autre de la souche lourde usée lacérée de traces laissées par cette hache et d'autres cela vous fait des décennies un souche à fendre

Image : CactusbonesI love splitting woodCC BY

Licence Creative Commons