Des nouvelles Face Écran — Mai 2020

N'hésitez pas à diffuser ce contenu autour de vous, et pour les abonnements comme pour les numéros passés, si cela vous intéresse, cela se passe en bas de cette page.


Dans certaines maisons, cela craque sans arrêt, et c'est le cas ici, en grande partie du fait d'une débauche de vitres dont la structure passe tout son temps à dilater et contracter ses os — il faut s'habituer, ce serait un navire restant au port toujours mais rechignant.

Textes

Les Journaux du virus se sont arrêtés mi-mai, quand autorisation nous a été donnée de pouvoir aller jusqu'à 100 kilomètres alentour (dire que cela ne nous semble rien mais qu'il n'y a pas si longtemps, cette distance, c'était le bout du monde, personne pour aller jusque là).
J'ai appris, par la bande (des échanges avec l'équipe s'occupant de la collecte, autour d'un souci de blacklistage de leurs robots qu'ils rencontraient sur Face Écran) puis par un billet plus formel dont je vous conseille la lecture, que cette série (les Journaux du virus, donc) faisait partie de la collecte lancée par la BnF autour du Covid-19. Il y a quelque chose de fascinant dans cette idée d'archivage du Web et de se dire qu'on est maintenant archivé.

Une sorte de Journal

Cela redémarre doucement. Le virus avait pris toute place, derrière maintenant il y a ce vide de mots, j'attends tout simplement que ça revienne, pour le Journal, et pour les textes. C'est un jeu de patience qu'écrire.

Vrac

Des Étés Camembert,j'ai des retours sympas, le bouquin semble plaire, et vous pouvez donc le commander directement chez l'éditeur ou demander à votre libraire de s'en occuper (pour les libraires, toutes les informations sont là).

Je ne sais pas ce que va être la suite, on verra bien.
Pour la photo, c'est un iris devant ma porte, ça ne dure pas, mais c'est tellement beau.