Des nouvelles Face Écran — Janvier 2020

Barque en bord de Loire

Manière de lutter contre la logique d'écrasement perpétuel des contenus les uns par les autres sur le web ; restructurer des fragments qui sans cela pourraient se retrouver écartelés du fait de la logique centripète dudit web ; d'aller, enfin, un peu plus vers le lecteur en lui facilitant la découverte de mon travail, je tente ici le format Lettre d'information selon un modèle défini comme suit pour le moment :

  • une parution plutôt fin de mois, pour résumer le mois passé, en quelque sorte le précipiter (au sens chimique du terme) ;
  • des éléments de contexte éventuellement, pour parler des textes comme de leur autour ;
  • autant que possible et/ou si c'est judicieux (longueur et autres considérations), mise à disposition dans la lettre d'information d'extraits de textes évoqués ;
  • sans doute, relativement peu d'images, je ne suis pas vraiment images.

N'hésitez pas à diffuser ce contenu autour de vous, et pour les abonnements, si cela vous intéresse, cela se passe ici.


Et donc, pour ce mois de janvier 2020 débutant la série, on commence de suite, mais pas avant de dire que cette barque était mise à l'amarre quelque part au bord de la Loire grossie ces derniers jours, il avait plu beaucoup et l'eau allait jusqu'à monter dans les rues qui vers elle couraient, c'est le monde à l'envers, une bête lente, molle, mangeant les murs comme les routes.

Textes

Deux séries en cours, dont je ne sais pas si et combien de temps elles se poursuivront, sur le site, ou dans les coulisses — c'est toujours à venir, parfois cela s'arrête tout seul dans une sorte d'épuisement, presque un filon tari, pour le moment c'est là :

  • Les écorchés #4 et écorchés #5 sont la suite (et la fin, j'arrête à priori au #5 la mise en ligne d'extraits, je vais terminer hors champ) d'un texte né d'une allusion de François Bon, dans l'une de ses vidéos, au clou où l'on accrochait le lapin une fois tué pour le dépouiller, littéralement. Cela donne quelque chose comme ça :

" c'est la main du destin qui, jaillissant dans le clair obscur de la pièce chichement éclairée d'une ampoule sale d'où pend l'incontournable ruban collant responsable de la mort de millions de mouches demeurant là sèches pour toujours, vient piéger au fond de la cage où il s'est réfugié, averti par un instinct éternellement sans failles, un des lapins... " 

J'ai connu ça, parmi les actes quotidiens d'un village, c'était tout simplement une partie du décor, c'était juste la mort dedans la vie, on s'habitue ainsi.

  • Dans CuirCuir #2 & Cuir #3 puis Cuir #4, se déroule une histoire de blouson noir jaillie je ne sais même pas d'où, parfois, c'est là, quelque chose remonte du fond qu'on peut saisir, tenter de déplier, écrire, c'est une pêche à la main.

" je l'ai tant désiré puisque c'était la mode alors, le dernier chic, enfin, dans la région, j'ignore ce qu'il pouvait en être ailleurs, dans les grandes villes, les capitales quand pour ce qui nous concernait, dans nos villages couchés le long de leur rue centrale les structurant comme une arête de poisson, nos minuscules villes qui n'étaient guère que des villages obèses, nous en rêvions la nuit, et moi avec, tellement... "

Pour l'image, ce n'est évidemment pas le blouson que j'évoque dans la série, mais une photo prise dans l'incompréhensible musée Lénine de Krasnoïarsk pendant le périple transsibérien (transmongolien en fait) de cet été.

Une sorte de Journal

Étrange objet, débuté en 2015 en écho au Journal permanent de SebMenard. Certains jours, je reviens en arrière dans l'agenda feuilletoir pour constater que les entrées de cette sorte de journal sont de plus en plus brèves. Peut-être qu'à un moment, cela finira par s'éteindre ou ne plus donner qu'un mot.

En attendant et en rappelant que la première entrée d'un mois propose de lire, en dessous d'elle, les entrées mensuelles suivantes si elles existent, pointons l'entrée du 01 janvier 2020 qui parle d'un rouge-gorge affairé comme jamais, et c'est on ne peut plus vrai, il habite mon jardin, je lui laisse des miettes qu'il picore fier comme tout.

Vrac

Curieux, ce retour de la newsletter comme format de diffusion. Tu vas voir que bientôt, on rachètera des vinyls et des sous-pulls orange.