Grenade MK2

Ces courriers arrivaient quand ils pouvaient, bien qu'ils soient postés très régulièrement de part et d'autre. Parfois, il n'y avait rien pendant plusieurs semaines. Parfois, le même jour, trois ou quatre lettres lui étaient distribuées en même temps. Donna lui avait décrit comment, de l'autre côté de l'océan, dans la petite ville toujours aussi tranquille, les courriers envoyés par Bill lui parvenaient avec la même irrégularité horripilante. Bill avait alors osé rappeler que vu les circonstances, c'était déjà un vrai miracle de pouvoir encore s'écrire. Autant pour des raisons de logistique, que parce qu'il était toujours vivant dans cette armée de morts. Donna ne pouvait pas voir ce qu'il voyait, ces lettres arrivant pour des gars tués de longtemps, dont le nom sonnait en vain à la distribution, s'en retournant au pays en emportant tous ces mots que personne n'entendrait jamais.

Source de l'illustration