Une histoire de riens #5

Onglets principaux

"Il s'en fallait de peu à chaque fois que l'affrontement se termine sinon dans le sang, au moins, en laissant sur le sol quelque évanoui assommé pour longtemps par le vol vrombissant, court et sournois, on ne voyait le projectile qu'à la dernière seconde, quand il était déjà presque trop tard pour l'esquive, esquisser un geste de sauvegarde, se protéger les yeux, le nez, le front, d'un coude replié, pour le reste de la cible qu'on était, on laissait venir, rien de vital en fait par là et ça ne ferait, au mieux, qu'un souvenir douloureux, au pire un bleu exhibé les jours suivants en soulevant très vite son pull dans l'autobus menant sa mauvaise troupe vers les écoles autour, les stigmates violacés de ces combats faisant quand même de ceux qui les portaient des héros temporaires, rien qu'il faille rater pour briller quelques heures dans les regards des filles."