Cantique de la paranoïa

Onglets principaux

Regardez sous votre siège étiquetez vos bagages facilitez les opérations de contrôle méfiez-vous des personnes souriantes comptez les regards ne rêvez qu'avec retenue n'aimez pas n'espérez rien ne laissez pas d'enfants vous approcher n'entrez dans le jour qu'avec circonspection considérez toute chose comme une menace inspirez lentement vérifiez votre ombre n'ayez confiance en personne et surtout pas en vous ne mettez vos pas que dans les vôtres ayez toujours sur vous de quoi vous défendre méfiez-vous des gens suspicieux évitez les rues trop éclairées trop sombres trop pavées ne parlez qu'à voix basse prenez des détours écrivez seulement des choses anodines ne croyez aucune vérité apprenez par coeur vos souvenirs les plus secrets vivez par procuration et pour votre sécurité ne lisez pas ceci.

Lecture : Julie Labbé




Ne vous séparez pas de vos affaires personnelles suivez les consignes scrutez la voie recomptez votre monnaie voyez dans tout propos sa menace protégez-vous du calme n'allez jamais en paix soupçonnez l'insoupçonnable ne répondez pas au téléphone n'ouvrez aucun courrier ne sentez pas l'odeur des fleurs asseyez-vous toujours face fenêtre brouillez vos pistes détruisez vos brouillons sachez que tout ami est un ennemi demandez-vous qui sont vraiment vos parents écoutez les conversations qui parlent de vous et celles qui ne parlent pas de vous (on y parle de vous) marchez toujours en zigzags larges pour contrer les snippers dormez mais d'un seul oeil vérifiez vos vêtements et vérifiez vos doigts demandez-vous ce qu'il y a dessous les mots.


Photos/installation : Julie Labbé

Si vous repérez un bagage abandonné éloignez-vous sans piper mot en cas de doute gardez-les pour vous n'entrez jamais dans un confessionnal évitez les espaces dégagés lorsque les satellites vous suivent pensez discrètement déplacez-vous dans le lit des ruisseaux n'ouvrez pas la porte sachez que les images sont truquées votez pour vous consignez votre ADN sachez combien de caractères comptent vos livres et pensez à en faire l'inventaire régulièrement calfeutrez vos fenêtres luttez contre les ondes qui scrutent vos idées enregistrez la radio pour décortiquer les émissions envisagez votre famille comme une arme de destruction massive payez tout en liquide effacez vos empreintes ne prenez jamais les péages mangez par petites bouchées fabriquez vos médicaments vous-même n'allez dans les lieux publics qu'en dernière extrémité faites tous les liens possibles pour comprendre n'ayez aucun doute sur la capacité des autres à vous nuire n'approchez pas des zones blanches préférez toujours le couvert des arbres considérez chaque matin comme le commencement d'une nouvelle guerre et chaque nuit comme sa suite.

Demandez-vous pourquoi ces lignes ont été écrites et si leurs lettres autrement ordonnées ne diraient pas tout autre chose faites toujours comme si vous saviez comptez vos cheveux ne croyez pas ce que disent les chauffeurs d'autobus vérifiez vos dents prenez les escaliers à l'envers soyez attentifs aux détails les plus infimes notez la place des livres dans les bibliothèques puis tirez vos propres conclusions de leurs éventuels mouvements quittez toujours la pièce juste avant le bon moment n'hésitez pas à faire demi-tour lorsque la sortie est proche restez à contre-jour brûlez vos tickets de métro pincez-vous d'heure en heure pour ne pas vous endormir affûtez votre crayon de papier il pourrait vous sauver la vie filtrez plusieurs fois l'eau du robinet que vous buvez sachez entendre le murmure des murs comprendre ce qu'ils vous disent découpez votre visage sur les photographies de votre enfance effacez des registres vos noms prénoms numéro matricule taille poids stature etc. n'ayez jamais aucune hésitation quand il vous faut avoir un doute - votre survie en dépend.

Lecture : Anaïs Meunier et Camille Clenet

Regardez sous chaque caillou pendant vos recherches dans la ville repérez de possibles futures caches n'ayez d'autres habitudes que d'en changer soyez inodores pour semer les chiens ne répondez pas à ceux qui vous parlent de vous marchez les yeux baissés (n'aviez-vous pas déjà vu cette automobile auparavant ?) gardez toujours une lame de rasoir dans la doublure de votre manche ne montez pas à l'arrière des taxis évitez les stades leurs foules incontrôlables n'oubliez aucun visage ne revenez jamais dans le même restaurant n'ouvrez pas la bible n'ouvrez pas le coran n'ouvrez pas le capital listez les noms sur les pierres tombales et recoupez les morts tirez vos conclusions n'essayez pas de savoir qui je suis lisez les journaux par la fin - toute vérité est un mensonge.

Texte né sur les réseaux

Fermez les portes où que vous soyez ménagez-vous des issues de secours ne dites jamais oui sachez lire entre les lignes devinez les intentions de ceux qui vous suivent évitez les contacts physiques n'approchez pas l'eau n'acceptez pas d'aller prendre l'air surveillez l'hôtesse éradiquez toutes les mauvaises herbes faites vos courses en gros volumes ne passez aucun diplôme découpez soigneusement les étiquettes de vos vêtements repassez-vous vos rêves à l'envers pour les vérifier comparez vos photos avec la réalité signez tout d'un faux nom que vous changerez chaque matin lisez par-dessus les épaules pourquoi me regardez-vous comme cela pourquoi me regardez-vous comme cela ?

Maintenez en vous une constante tension vérifiez l'aplomb des murs n'avalez jamais de pain inventez une langue que vous serez seul à connaître ayez toujours le souci de disparaître étudiez les marchés pour comprendre leurs logiques sachez que chaque bruit la nuit est de manière certaine une menace qui s'avance n'habitez pas un dernier étage décalquez les visages des présentateurs TV parlez à voix haute pour ne rien dire du tout souvenez-vous que tout ce que vous pourrez dire sera retenu contre vous.

Demandez-vous qui vous surveille depuis ces voiliers ne marchez pas sur le sable n'ouvrez pas aux démarcheurs évitez les spectacles de plage soyez impitoyable avec tout nageur s'approchant de vous ne mangez pas de glace dont vous ne pouvez contrôler parfaitement l'origine tenez compte des marées et de leurs variations anormales sachez que derrière les volets semi-clos des grandes demeures de famille on vous regarde ne vous retournez pas dans les rues vides mais faites usage du reflet des vitrines pour débusquer ceux qui vous suivent gardez en tête la silhouette des joggeurs derrière ces lunettes noires voyez que l'on vous voit.

Tenez-vous aux franges du bal ne faites nulle confiance au maître nageur ne respirez pas les odeurs de roses trémières ne souriez pas à la boulangère allez partout discret demandez-vous pourquoi ce commerçant sur le marché tient tant à vous faire goûter sa production d'olives noires marinées — son visage ne vous est pas inconnu et celui de cet homme qui vous bouscule non plus — ne levez pas la tête pendant le feu d'artifice repérez ceux suspects qui font comme vous photographiez tout ce que vous pouvez pour en tirer vos propres preuves modifiez votre voix lorsque vous demandez votre chemin souvenez-vous que du haut de ce phare on peut suivre votre fuite.

Repérez partout les caméras de surveillance et leurs angles morts oubliez des leurres sur votre passage vérifiez qu'aucune maison n'a bougé pendant l'hiver souvenez-vous que même une petite fille en marinière peut porter une bombe apprenez à lire le motif des plate-bandes ne laissez aucun sourire vous attendrir accélérez quand la foule ralentit ralentissez quand elle accélère — ce léger décalage permanent peut vous sauver — au hasard des promenades débarrassez-vous des papiers compromettants retenez que toute ombre peut s'avérer menace êtes-vous certain que ce vieillard ratissant son gravier soit inoffensif ?

Savez-vous qu'un simple cerf volant peut s'avérer une arme redoutable la marée basse n'est pas un hasard ces rocailles cachent sans doute une boîte aux lettres discrète toute terrasse est un risque ne tenez aucun visage pour définitif passez à l'acide le bout de vos doigts entendez ce que révèlent les haies votre voisin de plage en sait trop sur vous et les volleyeurs plus loin autant demandez-vous combien de conversations passent par ces antennes de téléphonie mobile, qui parlent de vous et vous menacent.

Soyez le premier dans la ville pour en voir les dessous évitez les cyclistes fuyez les chiens errants fuyez les chats errants fuyez les hommes errants les fruits de mer sont des bombes bactériologiques les bouchons sont destinés à vous contenir contrôlé dans une zone délimitée demandez-vous ce que cachent ces eaux immenses demandez-vous ce que tentent de dissimuler ces machines qui dès l'aube nettoient les plages demandez-vous pourquoi ce navire-usine est toujours amarré au large et ce qui se passe à son bord demandez-vous qui a ouvert cette porte dont vous savez avec certitude que vous l'avez fermée (vous l'avez photographiée close avant de partir).

Lisez ces serviettes suspendues au balcon comme autant de signaux discrets en quittant votre villégiature n'y laissez aucun témoignage ne vous arrêtez jamais sur une aire d'autoroute surveillez dans votre rétroviseur les voitures qui pourraient être suiveuses ne répondez pas aux signes "amicaux" des enfants depuis les plages arrières si quelque indice se précise détournez-vous immédiatement de votre itinéraire aléatoire sachez que les messages publicitaires à la radio sur les panneaux dans les journaux disent autre chose ne prévenez évidemment personne de votre départ de votre arrivée lors de vos pauses le long des petites routes de campagne assurez-vous de voir loin et de pouvoir démarrer rapidement tout le long du voyage soyez plus transparent que le vent si vous voulez survivre.

Soyez discret lorsque vous fixez sur la pellicule vos preuves dans le hall tournez lentement sur vous-même pour fixer toute chose alentour remarquez le code logique sous-jacent au rangement des journaux dans le kiosque et imagez le nombre de messages que chacun d'eux transporte ne soyez pas dupe du voyageur perdu qui vous demande son chemin vers le quai n°7 cette averse a sans doute été prévue pour vous retarder apprenez des langues étrangères pour écouter ce que disent les personnes en transit sur les quais assurez-vous que tout le monde vous oublie pensez-vous sérieusement que ce jeune homme affalé dans un coin écoute de la musique ?

Tirez des rubriques nécrologiques des évidences criantes dans les animaleries n'entrez jamais sortez des sentiers battus lorsque vous traversez une campagne souvenez-vous que les fermes bucoliques sont de possibles lieux de détention et de torture ne mangez pas les fruits tombés des arbres ayez en grande méfiance tout insecte volant rampant fouissant contournez les mares et leurs miasmes morbides cherchez tout le jour s'il le faut la noire loi qui gouverne le vol des hirondelles tendez l'oreille la nuit pour discerner ce qui dans les bruits de la terre en son sommeil peut annoncer une possible attaque.

Vérifiez régulièrement que les morts le sont effectivement en menant une surveillance discrète autour de leurs lieux d'habitudes n'entrez pas avant dans les bois sans marquer les troncs de signes ténus qui vous permettront de revenir en arrière battez soigneusement les buissons pour déclencher les possibles pièges disposés là remontez les arbres généalogiques dans toutes leurs branches pour en détecter les silences étranges photographiez quand vous le pouvez les registres civils cadastres inventaires de notaires à chaque prêtre confessez un péché inventé en toute situation considérez la méfiance comme votre héritage le plus important. 

Voyez tout outil abandonné comme un possible instrument de torture méfiez-vous des médecins ne laissez pas votre confiance au passé apprenez à distinguer dans le silence des conversations la clameur des vivants et des morts changez s'il le faut le temps pour qu'il s'accorde à votre stratégie mettez dans vos bagages de quoi avoir l'assurance qu'ils ne seront pas ouverts impunément oubliez parfois volontairement l'un d'eux sur un quai n'oubliez jamais que vous êtes votre seul abri.

Lecture : Anaïs Meunier
Sons : 
Toyoto muxol

Soyez toujours prêt à éviter un projectile dangereux demandez-vous de quelle nature exacte est le combustible de la flamme sachez que tout le monde triche changez de chaîne régulièrement pour comparer les résultats enregistrez les moments qui vous intéressent pour les regarder en différé ralenti afin de repérer les messages subliminaux d'y échapper tenez à jour vos listes d'athlètes puis notez comme les victoires étaient politiquement prévisibles ne commentez aucun résultat dans ce qui semble une conversation de zinc sans conséquences imaginez toutes les failles du dispositif londonien de sécurité — vous resterez alors tranquillement calfeutré chez vous.

Lecture : Anaïs Meunier
Sons : 
Toyoto muxol

Chronométrez vous-mêmes les performances des athlètes n'oubliez pas que quelqu'un a rédigé les fiches de chacun d'eux et sans doute également la vôtre imaginez la mine de renseignements de moyens de pression que représentent toutes ces images de surveillance essayez de repérer dans le métro l'éventuelle bombe humaine portez sous vos vêtements de quoi vous protéger de toute explosion voire de riposter demandez-vous ce qu'on vous cache derrière cette débauche de sueur — avez-vous la moindre preuve que tout ceci existe vraiment ?

Essayez de voir ce qui se cache aux tréfonds des piscines n'approchez pas du bord voyez en toute boisson offerte un probable poison évitez d'entrer dans le champ indiscret des caméras de télévision soyez toujours dans le stade celui que personne ne voit dans la meute demandez-vous pourquoi ce juge ne regarde pas dans la même direction que les autres à toute victoire préférez une chute discrète contournez les barrages et les fouilles faites croire que vous là où tout le monde se trouve écoutez les rumeurs qui disent vrai contre toute apparence au poids du groupe à ses sourires faux opposez votre transparence.

Décryptez les failles non-dits lourds silences des commentateurs procurez-vous les images satellites des chantiers et remarquez les anomalies ne soyez pas là le jour où le starter tirera à balles réelles sortez toujours du stade l'avant-dernier (ils attendent le dernier) essayez de distinguer dans quel gant ce boxeur a dissimulé sa masse de plomb ne vous laissez pas attirer par ces corps sculptés puisque la plupart résultent de manipulations génétiques ne dormez jamais dans la même chambre d'hôtel fermez les yeux devant les messages des sponsors pensez aux multiples produits que ces bouteilles d'eau contiennent cet athlète sprinter n'était-il pas aussi nageur la veille ?

Veillez à repérer le léger friselis sur votre nuque indiquant qu'un sniper vous a pris dans sa ligne de mire prenez des files d'attente et quittez-les quand votre tour arrive ne vous approchez pas des piques à brochettes posez des miroirs dans les angles morts de la rue sachez reconnaître dans les regards cette infime pliure indiquant la manipulation croisez vos sources transcrivez tous les dialogues qui vous entourent demandez-vous qui contrôle les voix dans votre tête soyez inquiets au-delà de toutes vos inquiétudes.

Passez régulièrement votre disque dur au détecteur de mensonges obturez votre webcam pour n'être pas filmé à votre insu condamnez tout port ouvert à l'aide de scotch d'électricien portez des gants jetables lors de chaque contact avec vos souris trackpads claviers détruisez régulièrement votre carte mère changez vos mots de passe chaque matin ne laissez rien sur les réseaux ne laissez rien dans les nuages ne laissez rien en aucun lieu n'ayez pas de pseudo et n'endossez aucune identité apprenez à crypter votre ADN tenez vos avatars pour votre chair cachez vos codes dedans le code.

Suspectez en tout insecte un drone faites autant de sauvegardes de vous que vous avez de personnalités n'utilisez que des téléphones portables jetables effacez vos SMS avant même de les envoyer devenez un numéro aléatoire appelez en mouvement pour n'être pas localisé apprenez à vous méfier des mondes 3D pour ce que l'on peut y cacher refusez toute radiographie scanner IRM cartographiant vos intérieurs sachez qu'un pixel mort ne l'est pas pour tout le monde puisqu'il pourrait être une caméra microscopique vous épiant cachez des clefs USB chargées de votre mémoire dans les murs des immeubles en construction — cela vous aidera un jour à retrouver vos souvenirs les plus précieux.

Incrustez dans vos photos de famille un invisible et certifiant verrou notez chaque soir et chaque fois que vous vous éloignez d'elle la distance parcourue par votre souris comparez les chiffres demandez-vous comment s'expliquent les différences décalez la temporisation de vos machines afin d'être toujours en avance sur l'ennemi construisez autant que possible vos ordinateurs à l'aide d'éléments achetés anonymement encodez tout élément qui peut l'être réparez tout vous-même pensez tout vous-même utilisez du réseau les passages les plus secrets suivez toujours leurs tangentes fiez-vous à votre instinct plutôt qu'aux outils de protection technique (ces derniers peuvent se hacker) traquez sans fin toutes vos traces pour les détruire n'oubliez pas qu'ouvrir une porte même virtuelle c'est déjà baisser vos remparts.

Apprenez à interpréter le regard soi-disant indifférent de la boulangère qui vous tend votre pain quotidien et jetez ce dernier dans la poubelle en sortant derrière le bruit de la pluie repérez celui des pas autour de la maison piégez toutes les pièces s'il le faut des lentilles de contact soigneusement choisies peuvent bloquer tout scan sauvage de vos pupilles une boîte de conserve sur deux recèle un piège vos voisins sont suspects de par leur discrétion même tout votre courrier est lu quoi que vous fassiez ne faites de courses qu'aléatoires apprenez à lire les signes sur les murs cette ville et les autres cherchent à vous écraser au besoin éloignez les témoins par la force votre chance c'est cette haine qui vous sert comme une sève.

Analysez régulièrement l'eau de votre robinet ne pensez pas une seconde que la même minérale embouteillée pourrait vous mettre à l'abri ayez toujours un masque à gaz à proximité abaissez autant que possible votre température corporelle afin de ne pas laisser traces thermiques repérez si possible les nano-particules espionnes cachées dans la lessive offerte à l'entrée du supermarché ne mangez qu'à peine explorez parfois votre appartement le plus silencieusement possible pour en inspecter les arcanes ne demeurez jamais dos à une fenêtre quand vous vous parlez masquez votre bouche avec votre main entretenez le doute devenez une machine inflexible ne soyez pas naïf au point de croire qu'avec son calendrier cet homme est réellement pompier éboueur ou facteur.

N'accordez nul crédit à vos rêves souvenirs sensations impressions envies pas plus à vos désirs douleurs haines et amours méfiez-vous de ce que vous voulez de ce que vous ne voulez pas apprenez à repérer quand vous vous mentez à vous-même sachez que vos yeux sont faciles à leurrer que votre peau est une idiote que votre langue se trompe sur les goûts sur les couleurs que le monde tel que vous le vivez est bien autre chose que ce qu'il est n'oubliez pas que vous êtes un enfant croyant toutes les histoires et que votre principal ennemi comme le plus acharné c'est vous.

Radiographiez tout objet entrant dans votre appartement après l'avoir désinfecté de l'ombre ayez la crainte interceptez les courriers livraisons colis de vos voisins étudiez leur teneur profitez des vacances de ces derniers pour vous introduire dans leurs lieux mieux connaître leurs armes n'entrez au grand jamais dans la cave de l'immeuble cassez les clefs des réseaux alentours (vous pourrez y naviguer sous une identité supplémentaire) scrutez ce qui peut l'être inscrivez-vous dès maintenant à des cours à distance de chirurgie esthétique afin d'être opérationnel dans le cas probable où vous devrez changer vos traits vous-même — il vous faudra opérer sans l'aide de personne mais vous vous en doutiez déjà.

Méfiez-vous des étudiants enseignants agents de sécurité policiers pompiers serveurs de restaurant cuisiniers chauffeurs de bus de taxi de train vendeurs de journaux de vêtements de voitures de rien boulangers bouchers charcutiers médecins infirmiers malades moribonds voleurs sonneurs de cloches prêtres quêteurs représentants méfiez-vous des actifs comme des chômeurs retraités flâneurs errants poètes ou vagabonds — ce sont mêmes — méfiez-vous des chercheurs des penseurs des rêveurs méfiez-vous de ce monde et des sept milliards d'humains qui le font vous menacent chaque jour chaque seconde et partout méfiez-vous.

N'ouvrez pas les livres ne regardez pas les écrans fuyez les kiosques les journaux les étiquettes sur les emballages et les tickets de caisse les bulletins de salaire les tracts syndicaux les analyses de sang celles d'urine et tous les autres témoignages de ces plongées dedans le corps craignez les épitaphes les listes de courses les testaments la litanie des cours en bourse n'abandonnez pas votre regard aux pièges des tablettes smartphones brochures poèmes affiches ne déroulez nul rouleau ne parcourez pas les réclames les pages nécro la météo ne lisez rien ne lisez rien — chaque mot qui par vos yeux pénètre en votre esprit est une bombe à explosion aléatoire.

Scrutez vos paysages intérieurs méfiez-vous de vos non-dits de vos espoirs des souvenirs que vous portez tels des sacs de ciment de ce visage que vous pensez le vôtre de cette personne que vous pensez être vous et que vous côtoyez chaque jour depuis si longtemps que vous en arrivez à ne même plus la soupçonner — elle n'est peut-être qu'un mensonge de plus une pièce supplémentaire maîtresse dans le puzzle de ce grand piège.

Licence Creative Commons