Vie encore

J'ai à mon corps défendant vie encore mais si faible qu'elle semble de trop et à porter et à rêver - paroles je vous regarde tomber de ma bouche molle et vous tordre sur le sol comme d'obscurs insectes ; histoires, je vous jette sur l'invisible et c'est pour parvenir à vous tuer de suite ; refrains vous n'êtes plus rien que ces tiges de bois que nous mâchions enfants sans jamais en venir à bout - c'était pour tromper notre faim.