Passages

Onglets principaux

A force, on finissait tout de même par découvrir de l'inconnu, même si l'on en était arrivé à penser que cette ville, cette fois, on l'avait parcourue de partout. C'était toujours le matin. C'était toujours juste avant que ne débarquent sur les trottoirs les autres habitants, ceux dont on aurait voulu qu'ils aillent au diable, définitivement, pour nous laisser seuls avec elle. On marchait, on reprenait une fois de plus la rue tellement connue, on connaissait chaque maison, chaque recoin, quasi chaque caillou. Tout était parfaitement normal, parfois même trop - c'était cela aussi, on finirait par le comprendre, qui faisait signe, cette normalité parfaite : quelque chose arrivait. Cela s'ouvrait toujours dans une surprise, ici ou là. D'un coup, on découvrait un passage jamais vu, une ouverture entre deux murs, une sorte de sentier qui, on avait pleine certitude de ça, n'était pas là la fois dernière. On s'arrêtait. On hésitait. On ne résistait jamais longtemps à la curiosité. Encore un regard derrière, et on entrait dans les dessous de la ville grande, sans être certain d'en ressortir. Ce qu'on trouvait, on ne pouvait pas le raconter. On ne le devait pas. On ressortait ailleurs une heure ou deux après. On ne savait plus où l'on était. On cherchait son chemin longtemps. Ces passages, personne n'en parlait. On ne savait d'où ils venaient, comment ils s'ouvraient. D'aucuns avaient prétendu, dans de vieux livres que l'on trouvait encore parfois, qu'il s'agissait de manipulations que certains (mais qui ?) menaient sur le corps de la ville. Qu'un grand complot émergeait là, dans ces passages. On savait bien que ce n'était pas ça. On savait bien que c'était elle, la ville même, qui au hasard se changeait, faisait comme se construire mais du dedans, se déployait sans aide aucune. On sentait bien que dans ces creux qu'elle nous ouvrait, il y avait une bonne part d'elle. C'était bien tout. Le reste nous échappait. Cela importait peu. A charge de nos pas, il y avait le mystère d'elle, et on marchait pour le trouver. On trouverait.