Vallée #3

(...) et encore, elles tournaient en rond en s'entassant les unes sur les autres comme nos os dans le cimetière là-bas qui était comme la première pierre du village la première borne du ban la première chose que l'on voyait en arrivant

Vallée #2

(...) des morts qu'on retrouvait dessous les granges à sécher tous pendus comme des oignons sans terre et qu'il fallait décrocher dans les cris hurlements évanouissements des femmes venant de les découvrir la langue bleue énorme la face pour une fois rubiconde sans vin derrière pour en expliquer les rougeurs

Vallée

(...) que nul ne traversait jamais parce qu'il n'y avait rien à traverser que quelques maisons faisant un tas entre les fourches des routes et des ruisseaux

Lire #3

Je me souviens de ce moment où j'ai cessé de lire mais je ne me souviens plus du livre que je lisais, de l'écran que j'étais, des mots qui passaient exactement comme les voitures que je voyais et vois toujours courir derrière la vitre telles des bêtes folles,

Lire #2

Il y a eu ce moment où j'ai cessé de lire et juste après tout a été différent, tout a été pareil — mon monde s'est effondré mais pas tellement plus que chaque jour, pas tellement plus, et j'ai vu alors qu'en fait, mon monde était depuis toujours cette chose à ras de terre posée

Lire

Il y a eu ce moment où j'ai cessé de lire, ce moment où tous les mots me sont sortis des yeux, ont été de trop, n'ont plus été les compagnons que je connaissais de longue date, qui venaient avec moi partout où j'allais et étaient tout le temps et moi, et beaucoup plus que moi, et toujours plus que moi dans ce qu'ils portaient du monde et de moi dedans

Sable

C'était notre sable dont on ne savait jamais quand il viendrait crisser sous nos dents et nos langues, notre ombre qu'on suivait et qu'on était aussi dans le même temps exactement juxtaposé c'était nos mots qui résistaient et qu'on ne savait plus comment attraper et qui auraient été des papillons, c'était la même histoire encore chaque soir recommencée la même histoire toujours de rien reprise

Cantique de la paranoïa - postface

Soyez toujours votre premier suspect dénombrez sans repos vos neurones afin d'en maintenir la cohérence globale éloignez vos amis jouez la comédie pour que ceux qui vous manipulent baissent leur garde frappez sans retour possible